Philippe Tournaire

Créateur-joaillier passionné et bâtisseur, Philippe Tournaire relie l’univers des pierres et des métaux précieux tout en alliant l'univers de l'histoire de l'art et des sciences.

UNE HISTOIRE... Baffie, Montbrison, Paris

Artisan de rêve depuis plus de 40 ans, Philippe Tournaire établit ses règles d’harmonie. Il fait partie de ceux dont le travail n’est pas d’appliquer inlassablement la chose apprise, mais de créer, d’inventer de nouveaux bijoux en s’adaptant aux différentes techniques les plus diverses.

L'Enfance d'un créateur

Petit il démontait les réveils, les pendules, pour comprendre le pourquoi de ce tic-tac magique et pour avoir le plaisir de les remonter. Son arrière-grand-mère, Marthe qui aimait beaucoup ce petit bout de génie avait toujours un regard bienveillant sur lui. Quand elle le voyait bricoler les réveils, elle aimait à dire, à qui voulait l'entendre : « Celui-là, c'est un futur bijoutier »...

Philippe Tournaire a notamment apprit la discipline à l'internat lors de ses années collège, il y avait de nombreuses règles à respecter : « On ne pouvait pas avoir les cheveux qui touchaient les oreilles quand on voulait sortir »(...)« si l'on voulait sortir il fallait que l 'on soit solidaire et que l'on rentre tous ensemble à la même heure ». Explique le créateur

Il se passionnait pour les sciences, son père y avait beaucoup contribué. A 16 ans, cet artiste dans l'âme a quitté le lycée et a entreprit un apprentissage au côté de son papa. Il a préparé un CAP de radioélectricien « Au fil des semaines et des mois partagés avec lui, je peux dire aujourd'hui que j'ai, à cette époque, rencontré mon père pour la deuxième fois » . Sa fascination l’a poussé à comprendre comment les premiers hommes arrivaient à façonner des objets selon des méthodes primitives et à les transformer en parures et autres ornements. Elle a nourri son imagination et sa création de bijoux.

Quand Philippe Tournaire a commencé son apprentissage il créait déjà des bijoux. « Mes parents plutôt modestes, m'avaient transmis que quand on voulait quelque chose, il fallait se débrouiller pour le faire ». Dans le métier de radioélectricien, il faut être polyvalent « ce qui m'amenais à travailler le cuivre ».

Un bijoutier en devenir

« Je ne pensais pas que les bijoux pouvaient devenir un métier [...] J'ai commencé en tant que sculpteur sur métaux précieux ». Après plusieurs mois d'attente, Philippe Tournaire obtient son « premier poinçon de Maître et de responsabilité ».

« Autodidacte, j'ai tâtonné longuement à partir des connaissances apprises en famille ou au cours de voyages. » (…). Philippe Tournaire ne connaissait pas du tout le monde de la joaillerie et des pierres fines. Il a eu la chance d'être aidé par des personnes qui connaissaient bien ce milieu comme Jacques Secretan et Jean Grosfilley « Ces hommes ont été des personne très importante dans mon apprentissage de la joaillerie car il m'ont permis de comprendre la gemmologie et de me forger ma propre vision sur les pierres. »

Toutes les personnes que Philippe Tournaire à rencontrer, l'obstination et les heures passées à l'établi lui ont appris à travailler. Cela lui a donné la possibilité de se construire une identité, un style qui se retrouve dans ses créations de joailllerie.

A partir de 1973, Philippe Tournaire s'est entièrement consacré aux bijoux. Il a construit de ses propres main son atelier dans une cave à Baffie à côté e Saint-Germain-Laval . « J'ai de très bon souvenirs dans ma cave, j'y ai appris beaucoup de choses et pas seulement par rapport à mon métier ». De plus, étant à la campagne, Philippe Tournaire n'avait pas de problème de rentabilité, ce jeune créateur a pu s'exprimer comme il ressentait les choses, avec une très grande liberté.

Un artiste joaillier

« A l'âge de 15-16 ans, je ne travaillais pas les pierres précieuses, en effet mes premières créations étaient en galet. Puis une compagnie pétrolière a eu une idée originale. À chaque plein d’essence on recevait une pierre fine. C'est à partir de ce moment que j'ai commencé à utiliser les pierres précieuses dans mes créations. Ces pierres, je les ai utilisées dans mes premiers bijoux, imaginés pour des amis. Enfin, le bouche à oreille s’est mis en route. Les amis de mes amis m’ont demandé de réaliser des alliances, des médailles, des bagues de fiançailles... Les commandes venaient régulièrement et commençaient à dépasser ma capacité de production. J’ai logiquement eu envie d’exposer mes bijoux, d’avoir une vraie vitrine afin que plus de personnes aient accès à mes créations

En 1984, ce jeune bijoutier ouvre sa première boutique à Montbrsion. En 1999, « nous avons ouvert une deuxième boutique » à Lyon, rue Edouard Herriot à deux pas de la place Bellecourt. « Il fallait avoir confiance en son travail pour investir une autre ville »(...) « Ce qui a contribué à cette assurance et qui m'a aussi beaucoup appris ce sont les salons ». Pour Philippe Tournaire les salons étaient un véritable challenge, il y a une date buttoir à respecter, il faut être prêt le jour J et être fier de ce que l'on présente. « Les salons ont été l'occasion de nous faire remarquer parmi les autres Maisons de joaillerie, mais que grâce aux bijoux que nous présentons. » Philippe Tournaire aime créer des pièces uniques, il est un artiste dans l'âme. « Il y avait dans dans la boutique de la rue Tupinerie à Montbrsion, une vraie demi Jaguar coupée dans la longueur que j'avais aménagée en vitrine ».

Un succès international

Une troisième boutique est ouverte à Paris en 2004 place Vendôme. La Place Vendôme pour Philippe Tournaire, c’est l’endroit où il faut être si l'on veut exposer. Ce magasin « nous a apporté une clientèle internationale », une clientèle exigeante, toujours en recherche de nouveauté, de rareté et de perfection.

Philippe Tournaire a réalisé plusieurs partenariats d’exception notamment avec S.T Dupont, Focal, Obut, Les skis Lacroix...

En 2006, Philippe Tournaire confronte pour la première fois ses qualités artistiques à la concurrence internationale en exposant au Salon de Bâle en Suisse, la plus grande rencontre du monde de la bijouterie-joaillerie. La poésie existe aussi en joaillerie. Philippe Tournaire, bijoutier créateur, en est la plus belle preuve.

"Je remercie tous mes clients, amis, des plus modestes aux plus aisés, qui m'ont accordé leur confiance... et permis de réaliser cette histoire." Philippe Tournaire


100 % Made in france

Exclusivités fabriquées en France par nos soins

Paiements 100 % Sécurisés

CB - Paypal

Chéque - Virement

Livraison Offerte

Livraison sécurisée

et gratuite

Besoin d'aide ?

eboutique@philippetournaire.com

04 77 96 08 84